L’Actualité du Droit du Travail par Éric ROCHEBLAVE - Avocat Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale au Barreau de Montpellier
Accueil > avocat spécialiste en droit du travail > La dénomination « personnel » donnée par un salarié au disque dur de son ordinateur professionnel ne peut lui permettre d’utiliser celui-ci à des fins privées et en interdire ainsi l’accès à l’employeur

La dénomination « personnel » donnée par un salarié au disque dur de son ordinateur professionnel ne peut lui permettre d’utiliser celui-ci à des fins privées et en interdire ainsi l’accès à l’employeur

chj La dénomination « personnel » donnée par un salarié au disque dur de son ordinateur professionnel ne peut lui permettre dutiliser celui ci à des fins privées et en interdire ainsi laccès à lemployeurSi les fichiers créés par le salarié à l’aide de l’outil informatique mis à sa disposition par l’employeur pour les besoins de son travail sont présumés avoir un caractère professionnel, de sorte que l’employeur est en droit de les ouvrir en dehors de sa présence, sauf s’ils sont identifiés comme étant personnels, la dénomination donnée au disque dur lui-même ne peut conférer un caractère personnel à l’intégralité des données qu’il contient.

La Cour d’appel d’Amiens qui a retenu que la dénomination « D:/données personnelles » du disque dur de l’ordinateur du salarié ne pouvait lui permettre d’utiliser celui-ci à des fins purement privées et en interdire ainsi l’accès à l’employeur, en a légitimement déduit que les fichiers litigieux, qui n’étaient pas identifiés comme étant « privés » selon les préconisations de la charte informatique, pouvaient être régulièrement ouverts par l’employeur.

La Cour d’appel d’Amiens, qui a relevé que le salarié avait stocké 1562 fichiers à caractère pornographique représentant un volume de 787 mégaoctets sur une période de quatre années, et qu’il avait également utilisé son ordinateur professionnel pour confectionner de fausses attestations, a justement retenu que cet usage abusif et contraire aux règles en vigueur au sein de l’entreprise de son instrument de travail constituait un manquement à ses obligations contractuelles.

Cass. Soc. 4 juillet 2012 n° 11-12502

-

Éric ROCHEBLAVE
Avocat au Barreau de Montpellier
Spécialiste en Droit du Travail et Droit de la Sécurité Sociale
http://www.rocheblave.com

Blog de l’Actualité du Droit du travail
http://www.droit-du-travail.org

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks